Comme des legos

Nos journées s’intensifient, nous suons mais nous ne lâcherons pas le morceau pour autant. Tous à la tâche, c’est un plaisir de travailler dans l’atelier.

Chacun notre tour, nous puisons dans les caisses de déchets pour trouver une chute adéquate à l’usinage d’une pièce. Je me sens comme un enfant dans mon ancienne chambre remplie de legos. Je monte puis démonte, mesure, trace, coupe puis ponce. Les petits bobos arrivent de temps en temps mais notre sang ne coulera pas en vain.

Soyons fier !

François Kühnis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *